Infos départementales

jour

mouche

Percutée par un élévateur, la façade de la maison s’effondre

Ardin

ardin

L’écroulement de la façade laisse béant l’intérieur

Ce lundi, vers 11 h 20, rue Jean-de-Saint-Goars à Ardin, face à la mairie, un élévateur a percuté un poids-lourd et une maison à la fois.L’habitation d’une dame de 91 ans a été touchée. La façade s’est écroulée sur la route, laissant un trou béant sur l’intérieur de la maison.La dame de 91 ans qui l’occupait a été profondément choquée. Elle a été prise en charge par pompiers qui ont aussi nettoyé le site tandis que les services du Département ont mis en place une déviation, le temps des travaux.

FLASH2016

Radarisé à 142 km/h au lieu de 70 !

Thouars

C’est le point culminant du week-end dernier à Thouars en matière de délinquance routière. Un automobiliste conduisant une puissante voiture a été pris au radar à 142 km à l’heure au lieu des 70 maximum tolérés sur la déviation, avenue du Général-de-Gaulle. L’affaire s’est déroulée samedi vers 16 h 40. Les policiers ont mis un terme à ce très grand excès de vitesse en stoppant le véhicule alors qu’ils étaient stationnés non loin du giratoire des Bassins du Thouet vers lequel se dirigeait cette grosse Ford Mustang.

Poussé à la faute ?

Ce délit se concluera devant le tribunal dans les prochaines semaines. Et le conducteur, un Thouarsais de 37 ans, encourt une forte peine d’amende à tout le moins. D’ici là, la préfecture a signifié au conducteur une suspension administrative du permis de conduire pour six mois et le véhicule a été immobilisé illico. Le chauffeur a expliqué qu’il avait été « poussé à la faute » en voisinant avec une grosse voiture qui l’avait en quelque sorte provoqué. Il a laissé entendre qu’il allait mettre son véhicule en vente pour éviter les tentations. Un autre délit routier a été constaté par le commissariat ce week-end dernier. Samedi vers 2 h 30, près de la gare SNCF de Thouars, une patrouille de police a avisé un conducteur qui semblait se dérober à la surveillance. Pas étonnant, le jeune de 25 ans, non titulaire du permis de conduire tenait une canette dans sa main. Au commissariat, l’éthylomètre a révélé 0,81 mg d’alcool par litre d’air expiré (soit 1,62 g par litre de sang). En bonus, il faisait l’objet d’une fiche de recherche pour purger une peine de prison d’une durée de six mois. Le tribunal de grande instance lui proposera un «  paquet-cadeau » prochainement. Enfin, dimanche après-midi, place du Boël, l’oubli d’un clignotant a attiré le regard des policiers. Le conducteur de la voiture, âgé de 36 ans, roulait sans assurance mais « pas tout seul » : il était accompagné d’une alcoolémie de 1,68 g par litre de sang. Son permis lui a été retiré immédiatement.

FLASH2016

Deux cambriolages à Secondigny et L’Absie

DEUX-SÈVRES

La brigade de gendarmerie de Secondigny a été alertée, hier matin, de deux cambriolages qui se sont déroulés durant le week-end. Le premier s’est déroulé dans le magasin d’Api-Pom, dans la zone de Bellevue. Les malfrats ont pénétré dans les locaux par effraction et ont dérobé le fonds de caisse, estimé à une cinquantaine d’euros. Le deuxième fait s’est déroulé dans une entreprise située à L’Absie. Cette fois-ci, les cambrioleurs ont volé un véhicule ainsi que de l’outillage électro-portatif. Dans les deux affaires, une enquête a été ouverte par les militaires.

FLASH2016

Un salarié d’une scierie blessé à la jambe

SECONDIGNY

Les sapeurs-pompiers de Parthenay sont intervenus, hier, vers 16 h 30, dans une entreprise de scierie, située à Secondigny. Sur place, un salarié, âgé de 30 ans, a été victime d’un accident du travail. Selon nos informations, il se serait coincé les pieds dans une machine. Blessé à la jambe, il a été transporté par les secours jusqu’à l’hôpital de Niort.

FLASH2016

Abeille noire et biodiversité vont au coeur des villages

Infos départementales sylvie-hourte

Le Centre d’études biologiques de Chizé est l’un des six sites européens intégrés au projet Beehope. Mais ici, Sylvie Houte lui a conféré une portée plus citoyenne.

Avec un projet unique sur les abeilles, le CNRS fait sortir la gestion de la biodiversité des laboratoires pour l’amener au plus près des citoyens.Sylvie Houte avait déjà mis en place le dispositif « Mon Village, espace de biodiversité » en 2012, notamment en installant des ruches dans les bourgs de vingt-trois communes. L’ingénieure d’études au Centre d’études biologiques de Chizé va cette fois plus loin avec le projet Beehope, lancé fin 2016.

Pourquoi la gestion de la biodiversité telle qu’elle est opérée aujourd’hui est-elle un échec pour vous ?

Sylvie Houte.« Malgré les associations de protection de l’environnement, malgré les moyens financiers mobilisés, malgré le programme Natura 2000, on constate que les populations animales sont toutes en déclin. Ça fait quarante ans qu’on fait la même chose, qu’on fait de la conservation en mettant la nature sous cloche, et ça ne marche pas ! Je me suis donc dit que les citoyens, jusqu’ici exclus des lieux d’expression de la biodiversité, étaient plus durables que les hommes politiques, et surtout plus nombreux. »

Comment faire en sorte qu’ils s’emparent du sujet ?

« Il faut que ce soit participatif et que ça se fasse à l’échelle du territoire pour favoriser une gestion collective et locale. J’ai donc pris le territoire d’étude de la zone atelier du CNRS – vingt-trois communes entre Niort, la forêt de Chizé, Celles-sur-Belle et Frontenay – et proposé d’installer un rucher dans le bourg de chacune d’elles. Cela faisait partie du dispositif «  Mon Village, espace de biodiversité  », qui s’est terminé en 2016. Sauf que les habitants ont conservé les ruchers et continuent de s’en occuper, ce que je n’avais pas prévu ! »

Vous avez donc utilisé cet engouement pour lancer Beehope ?

« Le projet Beehope s’apparente à un projet de conservation de l’abeille noire en France. L’abeille noire est méconnue des apiculteurs, car elle est considérée comme agressive et produit moins de miel – mais de façon plus stable. Ce sont des abeilles qui ont toujours existé sur nos territoires mais qui sont en déclin, pas uniquement à cause des pesticides mais aussi de l’importation d’autres espèces d’abeilles par les apiculteurs. Beehope est d’abord un programme européen qui se base sur six sites d’observation en France, en Espagne et au Portugal. Mais j’ai souhaité impliquer les citoyens dans la mise en place de ce conservatoire de l’abeille noire mellifère. »

Les apiculteurs amateurs ont-ils joué le jeu ?

« Ils étaient déjà impliqués depuis longtemps car je leur transmettais des données recueillies notamment par des balances installées sous les ruches des différents sites européens. Pas dans un but d’interprétation, simplement pour les intégrer à la recherche, pour qu’ils tirent eux-mêmes leurs conclusions. Mais là, ils ont tous souhaité savoir quelles abeilles ils avaient dans leurs ruches et comment faire en sorte de privilégier l’abeille noire. Si bien que cette année, nous allons leur proposer d’installer à leur tour des balances pour qu’ils puissent prendre leurs relevés. Je pense que beaucoup ont déjà réalisé qu’il est urgent de faire quelque chose ! »

FLASH2016

Tribunal correctionnel de niort

Le trio de trafiquants de drogue repart en prison

Trois trafiquants qui sévissaient entre la Charente-Maritime et Parthenay ont été condamnés hier à des peines de 12 à 18 mois de prison ferme.Leur triangle d’or à eux, Benon et Sainte-Soulle, en Charente-Maritime, et Parthenay, qu’ils alimentaient en héroïne, cocaïne, résine et herbe de cannabis. Un trafic sous surveillance qui a été démantelé par l’interpellation d’un des protagonistes par les services des Douanes lors d’un voyage d’approvisionnement, et des deux autres à l’issue de perquisitions réalisées chez eux et au cours desquelles une arme, plusieurs dizaines de grammes de cocaïne, d’héroïne, d’herbe et de résine de cannabis ainsi que plusieurs milliers d’euros en espèces ont été découverts. Placés dès lors en détention, les trois hommes, Pascal, Guillaume et Thomas, âgés respectivement de 42, 39 et 27 ans, y ont été maintenus à l’issue du renvoi de leur affaire lors d’une première audience, le 31 janvier dernier. Mais hier, le seul renvoi qui tenait, c’était celui des responsabilités de chacun d’entre eux, tous toxicomanes de longue date, ce qu’ils n’ont pas caché. Interrogés sur les faits par la présidente Bordat, ils les ont reconnus. A un détail près, Pascal affirmant se fournir en cocaïne auprès de Thomas, celui-ci affirmant l’inverse. Vendeur-acheteur ou acheteur-vendeur, une querelle de casting qui a eu pour effet d’agacer le procureur de la République pour qui le trio forme un réseau bien en place où tous sont aussi impliqués les uns que les autres. « On croit qu’en Deux-Sèvres, on est à l’abri des trafics organisés, a prévenu Pierre Martello pour le ministère public. Il faut une réponse pénale forte et efficace. » Il requiert à l’encontre de Pascal et de Guillaume 3 ans d’emprisonnement dont un an assorti du sursis et mise à l’épreuve d’une durée de 2 ans, avec obligation de soins et de travail. Pour Thomas, il réclame 18 mois de prison ferme et l’interdiction de séjour dans les Deux-Sèvres d’une durée de 3 ans. Il requiert également que Pascal et Thomas soient condamnés solidairement à des amendes douanières demandées par les Douanes, parties civiles.

ligne2 2017

FEVRIER et le potager
SEMIS
Semis à la maison au chaud :
  • semis de tomates, aubergines, concombres et melons à la maison au chaud
  • basilic, romarin, marjolaine, sauge, thym et estragon
  • menthes diverses
  • lavande
  • persil
  • oignons
  • céleris

Semis sous châssis ou sous abris :

  • navets, radis roses sous abri chauffé
  • carottes courtes ou 1/2 longues hâtives, radis sous châssis
  • poireaux sous châssis chauffé
  • laitues pommées de printemps, batavia sous abris
  • artichaut
  • ciboule, ciboulette
  • aubergine, piment, poivron, tomates précoces et melon en fin de mois uniquement sous chassis chauffé

Semis en place directement :

  • oignons et échalote en pleine terre souple
  • brocolis, chou-fleur
  • fèves, pois à rames ou nain mais toujours à grain rond, panais directement place (variété hâtives)
  • persil frisé (demande à être trempé 24h dans l’eau auparavant)
  • ciboulette en place directement
  • oignon blanc très hâtif
  • estragon
  • radis roses

ligneverte

 

PLANTATIONS

 

  • en sol léger et perméable, plantez les oignons, l’ail blanc, l’ail violet (ou rose) et l’échalote grise
  • en sol léger toujours, plantez les asperges
  • plantez les pommes de terre et topinambours
  • repiquez le thym, la sauge et la sarriette

 

ligneverte
RECOLTES

 

  • endives (chicons pour nos amis belges), et chicorées telles que la trévise, barbes de capucin blanchies en cave
  • choux de Bruxelles, choux cabus d’hiver, choux de milan d’hiver et choux d’hiver frisés
  • épinards
  • mâche
  • oseille
  • brocolis
  • laitues pommées d’hiver et batavias, pissenlits
  • persil
  • radis roses forcés, salsifis et scorsonère

ligneverte

ENTRETIEN

 

  • préparez le carré de plantation des asperges
  • surveillez l’état des semis sous châssis et aérez les jours les plus chauds
  • vérifiez les protections sur les légumes en place
  • lors des très beaux jours, aérer les tunnels et châssis
  • passez de l’huile de lin sur les manches en bois de vos outils et affutez ceux qui en ont besoin

ligne2 2017

FEVRIER et le verger (arbres fruitiers)
PLANTATIONS
  • terminez les plantations des arbres fruitiers à racines nues les jours sans gel
  • bouturez la vigne, les kiwi (actinidia sinensis), figuiers, les cassissiers et les groseilliers et framboisiers
  • plantez les arbustes à petits fruits (groseilliers, cassissiers, framboisiers etc.) que vous taillerez à 5 yeux

ligneverte

RECOLTES
  • néant

ligneverte

ENTRETIEN
  • enfouir un engrais spécial fruitiers, riche en potasse et en acide phosphorique, au pied des fruitiers si ce n’est déjà fait
  • Apportez une fumure à base de compost bien mûr au pied des ceps de vigne ainsi que du sulfate de potasse et de fer si ce n’est déjà fait
  • taillez les framboisiers, les poiriers, les pommiers et les pêchers
  • taillez les rameaux des touffes de groseilliers et autres petits fruits à la moitié de leur longueur si ce n’est déjà fait
  • pulvérisez préventivement les pêchers avec de la bouillie bordelaise afin de les prémunir de la cloque
  • traitez préventivement les arbres à noyau contre la moniliose
  • contrôlez les attaches au sol ou aux tuteurs des arbres
  • taillez les noisetiers trop grands ou importants en les étêtant un peu et en éclaircissant le centre
  • Taillez les sarments de vigne ayant fructifié et coupez les remplaçants à deux yeux

 ligne2 2017

.

Retour%20page%20d'accueil

 

ink cantonbeauvoirsurniort@gmail.com

.



Répondre

ché wam.. |
Laurent Krauland |
Bloguetrotteur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pois de Senteurs
| bienvenue dans mon univers 2
| les mew mew power