Tourisme – Histoire

    tour.jpg.

    De clic en clic, nous espérons vous donner une idée de ce qu’est la vie dans notre région, et l’envie folle de venir y passer quelques jours, entre détente et découverte un patrimoine (bâti, naturel et… gastronomique !) La commune de Beauvoir Sur Niort compte 1711 habitants appelés « les Belvoisiens »  Trois communes étant associées le Cormenier et La Revêtizon, communes associées à Beauvoir depuis 1973, ont fusionné avec Beauvoir .Sa superficie est de 2 348 hectares Beauvoir sur Niort, chef-lieu de canton, est une commune du département des Deux-Sèvres, dans la région Poitou-Charentes. Elle est située sur la RD 650, à 16 Km au sud de Niort et à 27 Km au nord de Saint Jean d’Angely

ligne2 2017

MOULIN DE RAIMBAULT

MOULIN1

bloggif4eb0f8b1e6538.gif

     Moulin tour du XVIIIe siècle, situé en lisière de la forêt de Chizé. Il a été laissé à l’abandon de 1928 à 1970.Le dernier meunier, M. Louis Royer signale que la tour a été rehaussée en 1918 pour accueillir le système Berton ? Le toit est en ardoise. Déjà restauré en 1971 par une association locale, le toit en ardoise et les ailes ont été restaurés entre 1976 et 19981, le site est inscrit depuis 1975. Pour la journée du patrimoine « Spéciale Moulins » au mois de juin, les Belvoisiens voient ses ailes tourner dans la campagne. Il a été racheté par la commune de Beauvoir et est le site rêvé de toutes les manifestations communales : feu d’artifice du 13 juillet, fête des écoles, fêtes d’associations etc…

ligne2 2017

  La Forêt de Chizé

p1120893.jpg

http://www.cebc.cnrs.fr/

   La Forêt de Chizé est une forêt domaniale située à proximité de Beauvoir sur Niort. Elle couvre 3 435 hectatres et fait partie d’un ensemble biogéographique très vaste. Elle est essentiellement constituée de feuillus (hêtre dominant).Elle abrite aujourd’hui :

  • un laboratoire scientifique (CEBC – Centre d’Etude Biologique de Chizé),
  • une station de mesure de la qualité de l’eau (l’ATMO)
  • une réserve biologique intégrale créée par l’ONF pour permettre la mise en oeuvre des engagements de la France à la conférence d’Helsinki.
  • un parc animalier ( Zoodyssée).

La forêt accueille de nombreux visiteurs, randonneurs, cyclistes, notamment sur le GR36. Elle abrite quelques arbres remarquables dont « Le Chêne de l’Empereur » (situé dans la zone interdite au public).

ligne2 2017

Le chêne de la forêt de Chizé

11608551chizechenejpg.jpg

il s’agit d’un chêne qui a grandi en développant depuis sa base, sept troncs — ou sept branches — approximativement de même grosseur. Aujourd’hui, la grande tempête de fin décembre 1999 ayant procédé sur lui à une ablation sauvage, il n’en compte plus que six. A la base, les troncs forment une sorte de vasque que la tradition orale appelle « la baignoire de Mélusine », voici pourquoi : La légende raconte que la fée Mélusine, tous les samedis, se transformait en femme serpent. Le haut de son corps restait celui de la fort jolie femme qu’elle était, mais à partir du nombril, « il prenait forme serpentine couverte d’écailles ». Lorsqu’elle était ainsi transformée, il fallait absolument qu’elle se baignât, sinon elle risquait de mourir.

Un vendredi soir, alors qu’elle venait de terminer la construction du château du Coudray-Salbart, elle avait tant travaillé que tout son corps était rompu de fatigue. Elle était si fatiguée qu’elle avait hâte de trouver un endroit tranquille pour s’y reposer. Elle se dirigea à travers les airs par-dessus les champs et les bois vers la forêt de Chizé et se posa dans une clairière. Elle s’assit sur un tronc d’arbre abattu, puis se laissa aller à la méditation. Elle pensa qu’il lui faudrait trouver au plus tôt un endroit où faire ses ablutions, « car nous sommes vendredi soir et samedi commencera dès après minuit », se surprit-elle à dire tout haut. Il lui faudrait donc chercher ce point d’eau sans trop tarder… mais elle se sentait si lasse… si lasse… C’est alors qu’elle aperçut, sur le sol de mousse, sept glands disposés en rond. Elle s’adressa à eux en ces termes :

Allez-y, poussez donc bien vitement chers petits glands, faites-moi des chênes tout en rond, oui tout en rond… Après cela, nous verrons… oui, nous verrons…

Les glands se mirent à s’enfoncer dans l’humus, s’empressèrent de germer puis de forcir et de pousser, si vite et si bien que les sept troncs se sont intriqués les uns dans les autres à leur base pour former une sorte de vasque de bois. Une eau claire et pure commença à sourdre entre les racines pour venir remplir la vasque. La fée bâtisseuse montrait là qu’elle avait bien plus d’un tour dans son sac.

A minuit, le bain de Mélusine était prêt et s’il y avait eu des témoins en forêt de Chizé ce samedi là, ils auraient pu voir une superbe jeune femme aux longs cheveux blonds qui prenait son bain dans une curieuse baignoire naturelle faite de sept chênes disposés tout en rond. Il aurait suffit de s’attarder un peu pour constater qu’elle présentait au bas de son corps, en lieu et place de ses jambes, une bizarre et longue queue de serpent qu’elle agitait dans l’eau de temps en temps.

Une fois encore, la légende de Mélusine donne une explication sur l’origine de ce curieux chêne à sept branches que les gens de la contrée de Chizé ont coutume d’appeler « les sept chênes ».

ligne2 2017

tmaraisbleu.gif 

Tourisme - Histoire dans accueil le_vanneau

      Il se situe à quelques kilomètres de Beauvoir sur Niort et constitue la deuxième zone humide de France. Il offre une mosaïque de paysages et de milieux complémentaires : marais desséchés, iles calcaires, voies fluviales, canaux rectilignes, conches aux eaux calmes.La faune : on y recense une cinquantaine d’espèces de mammifères aquatiques et terrestres. Pas moins de 250 espèces d’oiseaux, 38 espèces de poissons, des insectes (libellules et papillons).La flore : la zone humide du marais poitevin, ses îles calcaires et son littoral sont autant de facteurs qui favorisent une flore diversifiée, pas moins de 750 espèces végétales, l’iris bâtard, le chou marin, etc…On peut y faire de nombreuses balades à pieds ou à vélos et même en barques.

ligne2 2017

his.jpg

Histoire de Beauvoir sur Niort

1224 : VILLA de BELLO-VISU; 1228 : BELVEER; 1716 : BEAUVAIS sur NIORT; 1782 : BEAUVOIR; 1893 : BEAUVOIR sur NIORT; tels sont les noms portés par la commune qui reste BEAUVOIR sur NIORT même agrandie de La REVETIZON et du CORMENIER, communes venues rejoindre BEAUVOIR par fusion le 23/11/2003 et le 07/06/2009. 1340 : la seigneurie de BEAUVOIR est l’une des terres appartenant au comte d’EU et de GUINES seigneur de presque toute la contrée et de la forêt de CHIZE. En 1350, à l’exécution de ce dernier, BEAUVOIR est annexé au domaine royal.

 BEAUVOIR n’échappe pas aux guerres de religion.

- 1368, la « compagnie des gens de pied » du capitaine catholique LAPRADE y est défaite par les protestants.
- 1576, le 7 juin, le protestant HENRI de NAVARRE, futur HENRI IV, est l’hôte du logis de RIMBAUD.
- 1585, AGRIPPA d’AUBIGNE, huguenot, prend BEAUVOIR et tente de surprendre les catholiques entre BEAUVOIR et la forêt de CHIZE.

ligne2 2017

egliseb.jpg

         L’église de BEAUVOIR ayant St Jacques comme patron (BEAUVOIR est sur l’un des chemins de St JACQUES de COMPOSTELLE) était de style roman. En partie détruite par les guerres de religion elle est restaurée en 1682 « par la magnificence de Louis le Grand » (LOUIS XIV). A nouveau endommagée à la révolution elle est reconstruite dans la 1ère moitié du XIX ème siècle mai en 1852 le clocher s’effondre entrainant dans sa chute une partie de l’église et la fermeture de ce lieu de culte. En 1870-1871 un nouveau clocher est construit et la flèche en pierres de taille le coiffe en 1900-1901

ligne2 2017

Eglise St-Eutrope Du Cormenier

sap01mh0027017p.jpgeglisec.jpg

L’église, construite au XIIe siècle, sous le patronage de l’abbaye de Poitiers, relevait du diocèse de Saintes. Elle le resta jusqu’à la Révolution. Elle est dédiée à saint Eutrope, le premier évêque de Saintes. Elle se rattache par son style aux églises de Saintonge. Le chevet est admirable : des colonnes jumelées, montant jusqu’à la toiture, encadrent les trois baies les plus orientales, tenant lieu d’élégants contreforts. Elles se combinent avec les colonnettes des arcatures et des baies pour multiplier les lignes verticales.

ligne2 2017

LE CORMENIER

le crime de la  » Veuve Travers « 

Le-Cormenier-le-crime

Pour la 14 e  saison, Olivier Goudeau  (1)  ouvre les archives judiciaires des Deux-Sèvres. Aujourd’hui l’affaire Gaboriaud au Cormenier en 1878.

Quelques jours plus tard, Jean Nourrigeon fait part de sa mésaventure à Aimé Barraud, 54 ans, cultivateur et conseiller municipal. Il est convaincu que la « veuve Travers » (son surnom depuis la mort d’Henri son époux), venait tout juste d’accoucher quand il l’a surprise.

Un cadavre dans le tiroir

Le 24 novembre, en début d’après­midi, une perquisition est menée au domicile de la suspecte. Dans le tiroir d’une armoire, on découvre le cadavre d’un nourrisson mâle enveloppé dans des linges. L’autopsie pratiquée quelques jours plus tard révèle la maigreur du nourrisson (2,350 pour 49 centimètres). L’enfant est né à terme et viable mais il a été étouffé.

La crainte que les chats le mangent

Catherine Gaboriaud prétend qu’elle est malade. Elle reconnaît l’accouchement mais nie le crime. « J’étais en effet descendu de mon lit car je souffrais beaucoup. J’ai ensuite fait tous mes efforts pour remonter sur mon lit, à ce moment­là, j’avais mes deux mains entre mes jambes pour retenir mon enfant qui naissait. Une fois sur mon lit, j’ai taché de saisir mon couteau dans mon tablier pour couper le cordon mais j’ai perdu connaissance et je ne sais plus ce qu’il s’est passé. Cependant, j’ai bien entendu l’enfant crier plusieurs fois de suite. » [2] Et le bébé dans une armoire ? « J’avais la crainte que les chats le mangent » [3] Quant à son fils de 13 ans qui dormait dans la maison le soir de l’accouchement, elle l’a appelé mais il n’a pas entendu. Elle est aussitôt mise sous les verrous. Bientôt, les langues des voisins se dénouent. D’abord Henriette Bournier : « Je voyais tous les jours la veuve Travers et malgré cela, je ne me suis jamais aperçue qu’elle fût enceinte, d’autant plus que personne au Fenêtreau ne se doutait de cette chose­là ! Elle avait une mauvaise réputation et passait pour être rapineuse. Pour moi, elle m’avait pris une chemise, dès avant être mariée […]. Il y a de cela une vingtaine d’années. Quelque temps après, cette chemise a été trouvée dans sa lessive à elle. » (4) Puis Honorine Vallet, 33 ans, complète le tableau. « Elle passait pour fréquenter les hommes et elle avait aussi la réputation d’être une voleuse. » (5) Rose Bonnet qui ne sait rien non plus sur le crime en rajoute une couche. « La veuve Travers, a bien je crois, pris une de mes poules car je voyais alors les siennes dans sa cour et j’entendis ma poule crier chez elle et je ne l’ai pas revue depuis, ce qui fait que je n’étais pas très bien avec la veuve Travers. » (6)

CRIME LE COERMENIER

 Mauvaise réputation

Enfin Madeleine Pissard, 78 ans : « La veuve Travers a une très mauvaise réputation et je crois qu’elle a tout fait, excepté le bien. C’est une femme qui avait la réputation d’attirer les hommes chez elle, elle l’avait fait étant fille, elle a continué étant femme et l’a fait encore étant veuve. » (7) Interrogé Philippe Pigeon, 29 ans, explique qu’il est probablement le père de l’enfant. Il a connu l’accusée alors qu’il était le domestique de M. Proust, au Fenêtreau. Elle venait dans sa chambre réparer ses vêtements. « Et c’est de son propre consentement que nous avons eu des relations ensemble. Malgré nos fréquentes relations, elle m’a toujours caché qu’elle fut enceinte. Il m’est arrivé quelquefois de la questionner à ce sujet, elle m’a toujours répondu qu’il n’y avait pas de danger. D’un autre côté, je n’étais sans doute pas le seul homme qui la voyait car cette femme a toujours eu la réputation d’avoir une mauvaise conduite. » (8) Catherine Gaboriaud est traduite devant la cour d’assises des Deux­Sèvres. Les curieux découvrent une femme « grande » et « forte » (9). Face à ce jury d’hommes, la femme peine à convaincre. En quelques heures, l’affaire est entendue. « La veuve Travers » est reconnue coupable d’infanticide et condamnée à cinq ans de prison.

ligne2 2017

Usine de chaussons Brillaud frères

ivr54017902242xp.jpg

Historique :

Cette usine de chaussons est bâtie vers 1920 à proximité de la gare de Beauvoir-sur-Niort pour les frères Abel et Auguste Brillaud. Ces derniers avaient créé leur société en 1908 dans d’autres locaux. Dans les années 1910, la production était d’environ 400 chaussons par jour. Les frères Brillaud, afin d’abaisser le prix de revient de leurs chaussons, employèrent les toiles intérieures des pneus en remplacement des semelles de cuir, et lancèrent leur nouvelle semelle sous le nom Inusor. Après la Première Guerre mondiale, l’entreprise, qui prenait de l’extension, fit construire ces nouveaux locaux d’une superficie couverte de 10000 m2. La cessation d’activité remonte aux années 1970. Puis, un incendie a détruit l’un des deux ateliers de fabrication, l’autre est actuellement en cours de restauration.Avant 1914, la société employait 6 hommes, 12 à 15 femmes en atelier et 40 à 50 femmes travaillant à façon.

Description :

Le bâtiment qui subsiste de nos jours abritait un vaste atelier de fabrication et un logement de contremaître. Il est en moellon enduit, en rez-de-chaussée et couvert d’un toit en matériau synthétique. L’atelier est éclairé par douze ouvertures ménagées dans le toit du côté nord. Les fermes en bois de la charpente possèdent des entraits métalliques

ligne2 2017

Laiterie et fromagerie industrielles

ivr54017902231vp.jpg

Historique :

Cette laiterie coopérative est créée en 1889. En 1912 est bâti un atelier de fabrication de la caséine. En 1917, 850 sociétaires fournissent le lait à cette laiterie. Dans les années 1930, le logement du directeur est édifié sur les plans de l’architecte André Guillon, de Saint-Jean-d’Angély (17). En 1938, comme l’atteste la date portée sur son pignon, la beurrerie est reconstruite, en même temps que les bureaux. Dans les années 1950, un atelier de fabrication de poudre de lait selon le procédé Spray est édifié. La cessation d’activité remonte à 1986, alors que ne s’exerçait plus que le ramassage du lait depuis une dizaine d’années. Les locaux abritent désormais un magasin et un atelier de menuiserie. En 1917, le matériel consiste en six pompes diverses, une baratte, un malaxeur et trois écrémeuses.En 1965, la laiterie compte 17 ouvriers

Description :

Les bâtiments ferment les trois côtés de la cour, où se déroulait la réception du lait. Tous sont en moellon enduit, à l’exception de l’atelier de poudre de lait et des magasins situés de part et d’autre de ce dernier. La beurrerie, en rez-de-chaussée, comble à surcroît et toit en tuile mécanique, présente sur la rue un pignon découvert portant les dates 1889-1938. Le bureau possède un étage carré. Le logement du directeur est en rez-de-chaussée avec un toit en tuile creuse. L’atelier de la poudre de lait, en béton armé et parpaing, est doté de trois étages, d’une charpente en béton et d’un toit en tuile creuse à croupes. Les magasins situés de part et d’autre sont en parpaing de béton et couverts d’une terrasse pour l’un, d’un toit en tuile mécanique pour l’autre.

ligne2 2017

L’église Saint-André de Prissé-la-Charrière

egliseprisse.jpg

L’église de La Charrière était un grand édifice roman du XIIe siècle. Les Affiches du Poitou de 1776 prétendent qu’elle pouvait accueillir mille personnes. Au milieu du XIXe siècle, elle est si délabrée que le préfet la fait fermer en mars 1857. Commence alors sa restauration mais la voûte d’une travée s’effondre et, peu de temps après, survient un effondrement encore plus considérable. Il y aura donc de 1857 à 1860 une reconstruction totale, payée par la commune (12 %), l’Etat (30 %) et, entre autres, par le produit d’une loterie organisée par le curé Joseph-Antoine Chaisneau. L’église a été reconstruite dans un « style roman un peu mélangé » selon l’expression très évocatrice d’une notice ancienne ! Son plan est en croix latine avec un chevet plat. La façade, qui ouvre sur l’actuelle RN 150, est dominée par la tour carrée qui porte le clocher à huit pans couverts d’ardoises et haut d’une dizaine de mètres.

ligne2 2017

l’église de Saint-Etienne-la-Cigogne

egliseste.jpg

En 1599 la seigneurie de Saint-Etienne passe, par mariage, à la famille de La Lande. Au mur sud de la nef, près du choeur, on peut lire une inscription : « A la mémoire de haut et puissant seigneur messire Robert de La Lande, chevalier de Saint-Etienne, capitaine d’un vaisseau entretenu de la marine, commissaire ordinaire de l’artillerie, conseiller du roy en ses conseils d’état et privé, gentilhomme ordinaire de sa chambre, sous-gouverneur de Sa Majesté et de haute et puissante dame Renée Frottier de La Messelière, son épouse 1628-1643. »

ligne2 2017

Document sur la fusion du village de RIMBAULT

Annexion du village de Rimbault1

.

.

RETOUR 

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

.



Pas encore de commentaires to “Tourisme – Histoire”

ché wam.. |
Laurent Krauland |
Bloguetrotteur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pois de Senteurs
| bienvenue dans mon univers 2
| les mew mew power